L'immobilier en Corse du Sud
28 juil

Vendez votre maison à Propriano et profitez du retour de la demande de crédits !

PROPRIANO-66935_1280

Alors que le 1er trimestre 2018 a été marqué par un attentisme des acheteurs avec une demande de crédits en baisse de 20 %, ces dernières semaines le marché immobilier a retrouvé un dynamisme flamboyant, avec un niveau de demande de crédits équivalent à celui de juin 2017…
« Depuis la mi-mai, nous observons un retour des acheteurs, notamment en lien avec le niveau des taux très attractifs…, explique Jérôme Robin, directeur général de Vousfinancer. En juin, le nombre de demandes de prêts est revenu au même niveau qu’en juin 2017, avec 2,5 fois moins de renégociations, ce qui témoigne de la reprise des transactions et du dynamisme du marché immobilier en cette période estivale. Dans ce contexte, les banques ne veulent pas manquer cette fenêtre de tir qui devrait leur permettre de progresser rapidement dans leurs objectifs de production de crédits, après un début d’année plus compliqué… D’où une politique de taux particulièrement attractifs qui devrait se poursuivre encore à la rentrée, période clé pour les banques, car traditionnellement riches en transactions immobilières.»

Des taux d’intérêt réels négatifs, mais un impact pas immédiat pour l’emprunteur…
Alors que l’inflation est actuellement à 2,1 % en juin, contre 1,4 % encore en janvier, la plupart des crédits sont actuellement accordés à des taux d’intérêt réels (taux nominaux proposés par les banques « moins » le taux d’inflation) négatifs ! Certes, c’est théoriquement le cas, mais pour l’emprunteur, des taux d’intérêt réels négatifs ont moins d’impact qu’ils n’en ont pour un épargnant qui voit le pouvoir d’achat théorique de son épargne diminuer lorsque les prix à la consommation augmentent plus rapidement que le rendement de son épargne…

Dans le cas d’un crédit à taux réel négatif, ce n’est pas parce que les prix à la consommation augmentent que le poids de la mensualité fixe pour l’emprunteur diminue… Cela signifie juste que la charge de remboursement du prêt pèsera relativement moins que d’autres dépenses de la consommation en hausse dans le budget de l’emprunteur… Ce qui importe réellement pour lui est en fait l’évolution des salaires… Par exemple, le SMIC a progressé de 1,24 % seulement en 2018, un chiffre en deçà de l’inflation…

O.D. / Bazikpress © Pixabay

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée