L'immobilier en Corse du Sud
12 Avr

Le courtier est un atout pour l’acquisition d’une maison en vente à Sartène !

Vous êtes à la recherche d’une maison à Sartène ? Dans un contexte toujours tendu malgré l’assouplissement des conditions d’octroi de crédit, les courtiers devraient rester cette année encore des interlocuteurs privilégiés pour les futurs emprunteurs… Et si vous faisiez comme ces Français qui sont, tous les ans, un peu plus nombreux à passer par un courtier pour obtenir un crédit au taux le plus avantageux et avec les conditions de prêts les plus adaptées à leur dossier ? Faisons le point sur cette collaboration entre courtier et banquier qui est favorable à l’emprunteur. Comment fonctionne-t-elle ?

Une collaboration gagnante-gagnante
Grâce à leurs relations privilégiées et leurs sens aiguisés du secteur, courtier et banquier entrent en relation pour réaliser la meilleure proposition de financement au client, dans des délais réduits. La collaboration entre courtier et banquier se révèle avantageuse à la fois pour le consommateur qui économise sur le coût de son crédit, ainsi que pour les deux parties prenantes puisque ces deux acteurs s’apportent mutuellement des revenus à chaque collaboration.

En tant qu’apporteur d’affaires, le courtier va amener son client vers une banque qui va automatiquement gagner de l’argent sur le crédit contracté grâce aux taux d’intérêt (négociés au préalable par le courtier), ces intérêts se couplent de gains potentiels liés aux produits annexes proposés par la banque (carte bleue, compte épargne…). Exemple : pour un prêt de 200 000 € et un taux négocié à 1,20% sur 20 ans, la banque touchera des intérêts à hauteur de 25 059 € si le client conserve son crédit jusqu’à la fin. En moyenne, un emprunteur français conserve son crédit pendant 7 ans, donc la banque touchera 14 156 € d’intérêts.

En contrepartie, la banque, elle, va verser une « commission» au courtier. En moyenne, le courtier perçoit une commission plus ou moins égale à 0,5% du montant du prêt et, plafonnée en fonction de la banque partenaire (en moyenne 3000 €). Exemple : pour un prêt d’un montant de 200 000 €, le courtier touche une commission de 1 000 €. Il faut noter que cette commission est totalement transparente pour l’emprunteur, et ne détermine pas le taux appliqué dans l’offre de prêt.

C.V. / MySweetProd © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée